LE COIN PRESSE

Des vidéos,des photos, des articles de presse...

Découvrir


Le Buffet dans les médias.



Que ce soit à la tv ou dans les journaux, l'etablissement fait parler de lui dans différents médias. Nous allons essayer de réunir ici quelques reportages qui relatent du Buffet.

Concours gastronomique national, une élève de Yourcenar à l'honneur

Florine Lamoot accompagnée de son chef parrain Thierry Wident du Buffet à Molinghem. Florine Lamoot accompagnée de son chef parrain Thierry Wident du Buffet à Molinghem.
Elle aura lieu le 14 avril prochain, à Vénissieux.
Au début de l'aventure, ils étaient 70 candidats, issus de 14 régions. Les 8 et 14 avril, 10 des 14 demi-finalistes accéderont à la finale, le 11 mai à Paris.

La représentante locale pour ces demi-finales est Florine Lamoot, 19 ans, résidant à Sailly-sur-la-Lys et élève du lycée Marguerite Yourcenar de Beuvry.
« Je suis en BTS, à Marguerite-Yourcenar depuis un an. C'est mon chef de cuisine, M. Vanhelst, qui m'a proposé de participer à ce concours, il m'en sentait capable. Ce challenge est une bonne expérience, se mesurer aux autres révèle finalement le potentiel que l'on a. Qui plus est, j'ai la chance de travailler des beaux produits et d'être bien entourée. Le chef Thierry Wident, du Buffet à Molinghem, est un excellent chef parrain. Il a beaucoup de savoir faire et ne manque jamais de m'apprendre quelques petites astuces bien utiles. »
4 heures pour une recette originale.
Pour les candidats, ce concours est l'occasion de poser un premier pas dans le monde professionnel et d'y gagner en notoriété. Le vainqueur aura la possibilité de réaliser un stage de découverte au célèbre hôtel Le Ritz avec Michel Roth. Ce dernier est le parrain d'honneur du concours, et en présidera d'ailleurs la finale en mai.
Les demi-finalistes auront 4 heures pour proposer au jury une recette originale à base de viande de boeuf. Espérons qu'entre toutes les révélations, notre candidate locale marque les esprits des membres du jury.

mercredi 06 avril 2011 // Nord Eclair

La recette de Thierry Wident : Saint-Jacques boulonnaises en coques

Le chef du Buffet a toujours voulu être aux fourneaux. Une vocation. Le chef du Buffet a toujours voulu être aux fourneaux. Une vocation.

Aux fourneaux dans son hôtel-restaurant depuis près de vingt-neuf ans, Thierry Wident est une figure locale. Si à ses débuts, il servait terrine sur table et plat du jour, aujourd'hui, la carte est gastronomique. Le chef, resté simple, a gagné la reconnaissance de ses pairs. Il voudrait maintenant combattre l'idée reçue que manger dans une chaîne est plus abordable qu'à sa table.

PAR AGNÈS MERCIER
Il faut cuisinier Thierry Wident pour apprendre qu'il est au Bib gourmand depuis plus de quinze ans, qu'il a une étoile au Bottin gourmand, que le guide Champerard lui a donné la note de 14,5 ou que Logis de France lui a octroyé trois cheminées et autant de cocottes. L'artisan comme il se qualifie ne porte pas ces reconnaissances en étendard. En revanche, très vite, celui qui porte aussi le titre de maître-restaurateur et d'Eurotoques insiste : « Ici, ce n'est que du frais et que du fait-maison. »

À la carte du Buffet, des recettes gastronomiques à base de produits de saison et pour la plupart de la région. « Nous habitons une région très riche. La mer de nos côtes fournit le poisson. Dans le sol, il y a toutes sortes de légumes et une variété infinie de pommes de terre, sans parler des élevages de volailles, d'escargots ou de veaux sous la mère. On aurait tort de ne pas en profiter. » Avant de les servir en salle, il goûte les plats en équipe. Sauce, mariage, présentation, assiette, tout est passé au crible. « Ma femme a le souci du détail et n'hésite pas à critiquer. » Le salé est soigné tout autant que le sucré. « Il serait dommage de terminer sur une mauvaise note. Il faut que tout soit en harmonie et la pâtisserie doit être à la hauteur des plats. » Côté cadre, une verrière ajoutée il y a neuf ans a agrandi l'espace, mais le nombre de couverts n'a pas augmenté :
« C'est un autre confort. Il y a plus de place et des sanitaires pour les personnes handicapées. » Repas de familles, d'affaires ou tête à tête en amoureux, le lieu a du charme. Revers de la médaille : certains n'osent pas pousser la porte de peur d'une facture salée. Le chef s'en défend : « J'ai des menus à partir de 16 E. Ce n'est pas facile de faire face aux chaînes, les gens ont l'impression qu'ils en auront pour moins cher, ce qui n'est pas forcément vrai et surtout ils n'auront pas le frais et le fait-maison.
» Et toc ! Ou plutôt : et toque !

lundi 27 décembre 2010 // Nord Eclair

Thierry Wident, chef parrain de renom

Tous les fins gourmets connaissent bien Thierry Wident, le chef du restaurant Le Buffet, situé en face de la gare à Molinghem. Un homme qui n'hésite jamais à faire montre de son savoir culinaire dans les lycées de la région.

Si les quatre élèves étaient seuls derrière leurs fourneaux, hier matin, il n'en reste pas moins que la préparation de la recette est un vrai travail d'équipe. L'élève crée sa recette avec l'aide se son professeur de cuisine et c'est à l'issue de la sélection régionale que se constitue l'équipe « chef-parrain-professeur-lauréat ». Thierry Wident est toujours au rendez-vous pour parrainer sa région et apporter conseil et soutien aux candidats.
Florine Lamoot pourra donc compter sur lui afin d'améliorer sa technicité et perfectionner sa recette, jusqu'au jour de la finale, on l'espère, en mai... Thierry Wident est également intervenu lors de la matinée pédagogique (notre photo) proposée aux élèves en réalisant une recette à base de boeuf.

vendredi 21 janvier 2011 // Nord Eclair

Thierry Wident, artisan cuisinier

Thierry Wident a obtenu la reconnaissance de son excellence en restauration traditionnelle. Thierry Wident a obtenu la reconnaissance de son excellence en restauration traditionnelle.
Le titre officiel de maître-restaurateur a été décerné dernièrement au chef du Buffet, la bonne table située près de la gare de Berguette. Preuve que sa cuisine est traditionnelle et de saison.
Thierry Wident, cinquante ans, chef du Buffet à Isbergues, a reçu dernièrement le titre de maître-restaurateur. Cette distinction officielle, parce qu'établie en relation avec l'État, récompense les tables traditionnelles, celles où un artisan cuisinier sert d'authentiques plats de saison dans un cadre irréprochable.

Ce titre était-il une surprise ? « Oui et non », répond le chef. Non, parce que pour l'obtenir, il a fallu en faire la demande. Mais oui, parce qu'il a fallu passer par le crible du jugement d'un client-mystère dépêché, au nom des autorités, par un cabinet indépendant.
« C'était un gars qui est venu seul, au début du service, après avoir réservé », se rappelle Thierry Wident. « Quelqu'un du Michelin, on arrive parfois à le repérer - mais quand il est là, les dés sont jetés... Ici, celui-là, je ne l'ai pas vu venir. Après avoir payé, il a présenté sa carte et demandé à examiner les cuisines... » Accueil, qualité du service, art de la table, hygiène : tout y est passé. « Après, c'est la préfecture qui décerne le prix, officiellement. » Chef depuis vingt-huit ans, voici donc le cuistot isberguois reconnu en qualité d'artisan cuisinier. C'est une sorte d'aboutissement pour celui qui ne mangeait pas à la cantine de Longuenesse étant petit, mais qui a pris goût aux fourneaux dans les jupes de sa maman et de sa grand-maman. « Je donnais un coup de main. J'aimais découper des recettes, les essayer. » Il évoque la cuisine du dimanche, mijotée avec les légumes du potager familial. Passée la tendre enfance, il passait des vacances dans un restaurant de Wisques, la Sapinière. Puis, naturellement, il a opté pour l'école hôtelière du Touquet et fait ses armes à diverses adresses à travers la France.
Quand, en 1982, la S.N.C.F. a revendu ce qui n'avait pas de rapport direct avec le rail, il a sauté sur l'occasion d'acquérir le Buffet de la gare . L'endroit a complètement changé d'âme. Peu à peu, avec sa femme, il a fait de cette buvette populaire (qui avait son juke-box, son flipper et sa machine à sous) un restaurant cossu, agrémenté d'une jolie verrière. « Le temps où les métallos venaient à l'usine par le train est révolu, il fallait changer, nous aussi. » L'endroit, référencé dans divers guides, attire aujourd'hui une clientèle qui vient de loin : on ne vient que rarement à Isbergues au hasard d'une balade. Le Buffet est régulièrement inspecté par les Logis de France avec cette année une cotation pour la cuisine (3 cocotes !) et pour l'hôtellerie. On en parle aussi dans le fameux Michelin, au titre du « Bib gourmand », rubrique qui juge les « repas soignés à prix modérés ».

jeudi 04.11.2010 // L'Echo de la Lys



Rue de la gare - Lieu-dit Molinghem, 62330 ISBERGUES
03.21.25.82.40
le-buffet@orange.fr

Webdesign: crea-flandres.net